BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Nice: profanation de l’institut Ennour au lendemain de l’annonce de son ouverture

L’apaisement à Nice n’est décidément pas à l’ordre du jour. Alors que nous venions de publier hier la bonne nouvelle relative à l’ouverture de l’Institut Ennour après un long marathon administratif et politique face au maire Maire Christian Estrosi, le lieu vient d’être la cible d’un acte de profanation.

Ce matin, à quelques jours de son ouverture, une carcasse de sanglier et du sang on été déversés à l’entrée de l’édifice. Malgré la présence de caméras, les coupables se sont arrangés pour ne pas être filmés et sont toujours dans la nature. Le contenu vidéo est en cours de consultation.

Trace-sang-mosquee-ennour

Pour Mr Benzamia Mahmoud, porteur du projet et Recteur de la Mosquée « Les actes islamophobes se propagent et se développent malheureusement en raison des discours tenus par les politiques et les conseillers municipaux qui sont montés au créneau contre le projet (Ennour). Les résultats sont là ».

Pour illustrer l’obsession du maire Christian Estrosi, un site internet a même été lancé pour influer sur l’opinion publique à travers une pétition en ligne. Pétition qu’il a en personne enjoint les membres du parti Les Républicains de signer à travers un mail envoyé le 5 Avril 2016.

Pour le recteur Mr Benzamia, les fidèles vivent dans la peur en raison du climat national et des actes islamophobes. Les responsables de l’Institut Ennour sont en train de déposer plainte et avec le nombre de caméras sur les lieux, Mr Benzamia espère que les coupables seront identifiés.

Contactés par le CCIF, ni le cabinet du Maire Estrosi ni son attaché  presse n’ont réagit.

L’Institut Ennour a dû faire face à une longue bataille juridique. Malgré un accord initial avant sa construction, le maire Estrosi a changé d’avis une fois cette dernière terminée. Et, en dépit de la présence de plusieurs bâtiments vides autour, Christian Estrosi avait demandé sa fermeture au profit d’une crèche puis, en violation flagrante de la laïcité qui interdit toute ingérence politique dans les affaires religieuses, a décidé de lancer son propre projet de mosquée concurrente. Afin de contrecarrer la décision du tribunal administratif ordonnant l’ouverture du lieu, la mairie de Nice s’est pourvue en cassation face au conseil d’état.

Le CCIF a soutenu l’Institut Ennour et continuera de le soutenir. Notre solidarité avec son équipe et ses fidèles ne s’arrêtera pas à une déclaration de circonstance et continuera d’apporter le soutien juridique nécessaire pour que leurs droits soient respectés. 

Comme dans d’autres cas de profanation de lieux de cultes, aucun du Président Hollande, du Premier Ministre Valls ou du Ministre de l’Intérieur n’ont de leur côté publiquement réagit.

L’Institut Ennour sera ouvert au public ce vendredi 10 Juin 2016 pour la prière du Vendredi.

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.