BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Bonne nouvelle: le tribunal administratif de Nice a tranché pour l’ouverture de l’institut Ennour

Suite et (fin?) d’un sketch qui commençait à lasser la vie de la municipalité de Nice:  dans l’affaire opposant le maire de Nice Christian Estrosi à l’institut Ennour, nous venons d’apprendre que la mosquée pourra enfin ouvrir ses portes cette semaine. 

Dans une décision de justice rendue ce lundi 6 juin 2016 dans la matinée, le tribunal administratif de Nice a tranché pour l’ouverture de l’institut En-nour dans les cinq jours à compter de la date du jugement. Passé ce délai, le maire devra payer une amende de 500 euros par jour à défaut d’ouverture. 

La boucle est  donc enfin bouclée. Nous ne retiendrons de cette histoire que la capacité d’un maire à verser dans la schizophrénie et dans l’amnésie selon les mandats qui se présentaient à lui. 

Après avoir donné son accord pour la construction de la mosquée en 2009 pour finalement demander son expropriation en 2013 en pleins travaux, après avoir décidé d’accompagner cette demande d’expropriation par la volonté d’y ériger une crèche quand bien même trois bâtiments vides entouraient la mosquée, après que des pressions politiques aient poussé le commissaire-enquêteur à valider la nécessité de détruire la mosquée pour construire une crèche, et ce malgré les coûts énormes de tels travaux, après que le préfet ait statué en faveur de la mosquée, après que Christian Estrosi ait décidé de poursuivre en justice son préfet pour cette décision, après que le même Christian Estrosi ait voulu justifier l’expropriation de la mosquée Ennour en initiant un nouveau projet de construction d’une mosquée, le tribunal administratif de Nice a donné le clap de fin: l’ouverture de la mosquée, au nom du droit à la liberté de culte. 

Au fond, cette décision nous rappelle l’essentiel: peu importe que des hommes politiques soient prêt à sacrifier la constitution et la laïcité pour leur propre intérêt personnel. Ils trouveront sur leurs chemins, des personnes déterminés à faire valoir le droit. Cela faisait 13 ans que les responsables de la mosquée Ennour oeuvraient pour l’ouverture de leur institut à la fois culturel et cultuel. 

Le droit français ne demande qu’à être appliqué et il revient à chaque citoyen de s’en saisir et surtout de ne pas laisser brader le socle de notre système juridique pour l’avancement d’un projet idéologique et/ou personnel.

Face à l’ambition personnelle d’un maire prenant en otage le principe de liberté de culte et des milliers de musulmans azuréens, s’est érigé le droit. C’est aussi en ce sens qu’il convient de saluer la décision du tribunal administratif de Nice.

Sachez également que si  l’absurdité de la décision du commissaire-enquêteur n’a pu aboutir, c’est aussi grâce au soutien massif que vous avez apporté à l’institut. C’est grâce à votre action, votre refus de l’arbitraire que les citoyens de confession musulmane de Nice pourront enfin pratiquer dignement leur culte, après 13 ans d’efforts.  

Nous ne devons jamais nier notre capacité d’action. Encore et toujours, ensemble nous sommes plus forts.  


#EnsembleNousSommesPlusForts

Pour adhérer : islamophobie.net/adherez
Pour faire un don* : ccif.me/agissez 

Articles associés

% commentaires (1)

Ouverture qui tombe à pic en plein Ramadan. Hemdullilah.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.