BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Islamodiversion: Plantu ou la fin d’une tradition française

Plantu Police CGT Barbus

 

Il aurait pu se distinguer en ne faisant pas ce que tout le monde fait mais Plantu a une nouvelle fois décidé de suivre le troupeau.
 
Suite à l’affiche de la CGT dénonçant les violences policières, le dessinateur a préféré contourner le problème et pointer du doigt, non pas les CRS qui ont été filmés en train de tabasser des étudiants ou de provoquer des manifestants, mais de critiquer l’affiche en faisant, comme beaucoup, dans l’islamodiversion. S’il s’agissait de contribuer au débat ou y apporter une valeur ajoutée, il aurait pu soulever les questions de fonds. Mais là, l’accusé ce n’est pas la violence policière, mais le barbu et le syndicaliste.

Ce dessin est loin d’être le premier du genre et on en arriverait à croire que Plantu, derrière sa prétention à provoquer ne fait que suivre le troupeau avec un numéro dans le dos et une haine viscérale des musulmans comme moteur.

Plantu Castorama

Comment expliquer qu’en Septembre 2013 en plein débat sur le travail le dimanche, le dessinateur trouve le moyen d’insérer des musulmans alors qu’il s’agissait d’un débat entre les syndicats et l’état?

Le 30 Mars 2016, se joignant à la meute pour aboyer à son tour. Il faisait son dessin sur les femmes voilées et comparait mode islamique et attentats kamikazes. Le message ne pouvait être plus clair, derrière chaque voilée, se cache une terroriste.

Dans la droite lignée de cette idéologie laïcarde pour qui un musulman se cache derrière chaque problème,  il récidive cette fois non pas pour animer le débat ou l’enrichir mais seulement pour, comme toujours, relayer l’idée du péril musulman.

Plantu Dolce Gabbana

La mode s’empare du voile? Il y a un lien avec le terrorisme. Un conflit syndical? Les musulmans ne sont pas loins. La violence policière est dénoncée? Ce sont les méchants terroristes musulmans qu’on invoque.

Comme toujours, l’islamodiversion, en plus d’être une tactique islamophobe, exprime la défaite intellectuelle aussi bien des responsables politiques que de leurs relais médiatiques.

Que la police française soit dénoncée par le Collectif Stop le Contrôle au Faciès, l’Association Chrétienne Contre la Torture, Amnesty International France ou l’ONU, que l’état d’urgence -toujours en vigueur- ait servi de défouloir contre des musulmans et des militants écologistes, que l’affiche de la CGT soit publiée après les multiples cas de violences policières qui ne relevaient en aucun cas de la légitime défense, ne semble pas faire réfléchir Plantu à son parti pris flagrant.

Le dessinateur se retrouve encore une fois à exprimer les mêmes idées qu’Elizabeth Badinter, Manuel Valls, Laurence Rossignol ou BHL pour ne citer qu’eux. Cette volonté de sans cesse occulter le fond d’une question et faire diversion signe peut être la mort d’une tradition dans notre pays; Celle d’une caricature défiant le groupe dominant, l’autorité ou n’ayant pas peur d’aller à contre courant et à sortir des sentiers battus. A défaut d’agir en contre pouvoir, la presse devient de facto un organe de propagande et c’est peut  être pour cela que Plantu ne manquera pas de tribune pour se faire publier.

Plantu Castorama CGT Air France Iran Dolce Gabbana

Le CCIF tient à lui rappeller à quoi ressemblent les violences policières et que les dénoncer ne veut pas dire jetter l’approbre sur tous les policiers et encore moins ceux qui honorent l’institution.

Réponse du CCIF à PLantu

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.