BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Victoire pour Ismaël, 5 ans, passionné des pompiers

Quand vous décidez de ne pas taire une injustice, et d’aller jusqu’au bout des démarches, en plus d’obtenir  réparation de vos droits, vous pouvez vous faire le porte-parole du droit. Retour sur un témoignage d’une famille domiciliant en Rhône-Alpes, qui avait pour projet de visiter une caserne de Pompiers pour leur fils de 5 ans, en l’honneur de son anniversaire.

Le 12 décembre, Ismaël fête ses cinq ans et ses parents veulent marquer le coup en faisant de cette journée un souvenir inoubliable pour leur enfant. Passionné de l’univers des pompiers, ce dernier est déjà équipé de tout l’arsenal (la caserne, le camion – en cinq modèles – les pompiers Play mobile etc.), il ne lui manque plus qu’une visite dans une caserne de pompiers, grandeur nature.

Tout est organisé en amont. Les parents contactent une caserne de Pompiers pour demander la possibilité d’une telle visite. Les responsables de la caserne répondent aimablement qu’une visite est possible et qu’ils peuvent passer quand ils souhaitent. Les parents demandent quel serait le jour qui conviendrait le mieux aux Pompiers pour « ne pas déranger ». Ceux-ci leur répondent le samedi. C’est parfait, cela tombe pile le jour de l’anniversaire d’Ismaël. Le matin même, le papa d’Ismaël tient à confirmer par téléphone auprès de la caserne pour éviter toutes déconvenues éventuelles. C’est confirmé.

Les parents conduisent leur fils à la caserne et ne lui annoncent la surprise que sur le chemin. Celui-ci est fou de joie. Du haut de ses cinq ans, Ismaël est à des années lumières de comprendre le revers qu’il subira, une fois arrivée à la caserne.

En voiture, la maman d’Ismaël met dans les mains de son fils une boîte de chocolats pour remercier les Pompiers. Son père se présente à l’accueil comme on le lui avait annoncé par téléphone et on lui indique l’emplacement où il doit se garer.

Ils y étaient presque. La visite était sur le point de se réaliser. La famille se présente ensemble à l’entrée. Sauf qu’à la vue de la famille, le discours change soudainement. Tout est remis en cause à cause du « plan Vigipirate ». La maman d’Ismaël porte le foulard et il est évident que c’est ce simple tissu qui a changé la donne.

« Le pompier ne nous laisse pas parler et s’en va en nous laissant abasourdi, mon fils…sa boite de chocolat dans les mains…au bord des larmes parce que le pompier n’a pas voulu lui faire visiter la caserneComment expliquer à mon enfant ce qui venait de se passer ? On reste sans voix.»

Mais les parents d’Ismaël ne vont pas s’en tenir là. Conscients de la discrimination dont leur fils a été la victime, ils contactent le service juridique du CCIF qui les conseille sur les démarches à suivre. La maman d’Ismaël envoie alors une réclamation auprès du responsable de la caserne. La réponse et la réactivité de ce dernier étaient au-delà de ses attentes.

Quelques minutes après avoir envoyé le mail, Madame V reçoit un appel du responsable de la caserne qui annonce être outré par ce qui leur ait arrivé. Il précise que ce n’est pas « l’esprit » de la caserne mais qu’effectivement il y avait peut-être 1% de pompiers intolérants.

Il s’est excusé, a dénoncé cet acte, et a assuré qu’il allait sanctionner l’agent en question tout en proposant une date pour une visite de la caserne. 

Le 13 janvier Ismaël fait la visite de la caserne. Encore mieux, le matin même, Madame V reçoit un appel du Colonel X, qui n’est autre que le chef des 5000 pompiers de l’agglomération considérée. Celui dénonce fermement ce qui s’est passé, s’excuse et…invite son fils à faire une visite de la caserne centrale à l’agglomération ! Il annonce également qu’il souhaite aller au bout des démarches en refaisant un tour dans toutes les casernes pour mettre les choses au clair sur le principe de neutralité du service public.  Une très bonne issue que nous livre Madame V :

El hamdoulillah ! Dieu nous l’enseigne : d’un mal en découle un bien. Si cela va permettre de faire bouger les choses, je m’en réjouis !

Cela a dépassé toutes mes attentes, c’est vraiment réconfortant de savoir que l’encadrement est ferme sur ces sujets.

 Nous avons donc fait la visite de la caserne en compagnie du responsable de la caserne. La visite a été géniale, les enfants ont tout vu, tout touché, tout essayé. On leur a remis l’écusson de la caserne en guise de cadeau. Je vous remercie encore pour votre aide. Ce que vous faites est très respectable. Que Dieu vous aide.

 C’est en se taisant que nous laissons les intolérants dicter leurs règles, au mépris des lois et de leur hiérarchie.

Quand le droit est de votre côté, il ne faut jamais vous terrer dans le silence. La maman d’Ismaël, en décidant de ne pas abdiquer a permis non seulement à son fils de graver un souvenir inoubliable, mais aussi d’engendrer un rappel à l’ordre quant au principe de neutralité dans les services publics dans plusieurs casernes de Pompiers de l’agglomération considérée.

La réactivité du responsable de la caserne puis du Colonel X., est exemplaire et nul doute que ce rappel à l’ordre émanant du sommet hiérarchique est un rappel ferme pour tous pompiers tentés de verser dans l’intolérance, proportion naturellement marginale parmi les soldats du feu. 

Merci aux parents d’Ismaël d’avoir éclairé le chemin de la tolérance et de ne rien avoir voulu concéder. 

Ce n’est qu’en agissant qu’on obtient gain de cause. Aidez-nous à vous aider :

Donnez au CCIF.

Adhérez au CCIF.

Articles associés

% commentaires (1)

Cela donne un peu d’espoir en effet.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.