BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Lettre ouverte aux combattant-e-s du voile

A maints reproches j’ai dû faire face quand mon essence a fait surface

Suis-je pour vous synonyme de haine, de mal, de la fille coincée ou qui par son père ou son frère a été forcée? Me trouvez-vous anormale de porter le voile? A vous entendre vous me faites passer pour ce que je n’ai été, ne suis et ne serai jamais. Alors on m’a dit: Redeviens libre! Libre comme le vent, porter un tel vêtement, c’est manquer de discernement. Découvre la belle vie en te découvrant.

Je tiens à vous confirmer que l’on ne m’a pas forcé. Je l’ai crié mais personne n’a souhaité m’écouter. Cela fait déjà quelques années, cependant vous semblez d’avantage étonnés. Étonnés de me savoir épanouie, fière de ce que je suis? Moi-même suis étonnée de voir qu’à mon encontre, un sentiment de haine a corrompu votre esprit. 

De tout votre être vous avez tenté de m’humilier, de me désintéresser et votre projet n’ayant abouti, vous vous êtes acharnés à me lancer toutes sortes de sobriquets. Il y a eu certainement des instants ou j’ai craqué mais je n’ai pas cédé, je me suis relevée, restée fière, ferme et résolue dans mes idées. Pourquoi penser que je suis opprimée accablée, alors que ce choix m’a libéré? 

Par ailleurs vous étiez l’unique objet de ma tristesse, l’unique objet de mon ressentiment durant ce temps, l’unique objet de ma faiblesse. Vous seuls m’oppressiez et me donniez ce sentiment d’étouffement. 

A présent, apprenez que vos propos ne me touchent guère, que vos provocations font que mes forces prolifèrent.  Une pensée pour mes sœurs stigmatisées pour un bout de tissu, une tenue, qui au quotidien sont déçues. Déçues de l’humanité et de son immoralité. 

Quoi qu’il survienne, nous resterons toutes unies comme un seul cœur. Il y aura à tout jamais dans notre âme, cette flamme inextinguible, et c’est ce qui vous intrigue, car pour sûr, même si nous sommes exténuées, affligées, jamais nous ne viendrions à l’ôter. C’est notre liberté, vous seuls désirez nous en priver. Je dis liberté à nos sœurs, nos mères, nos anciennes libertés pour moi-même. 

J’en appelle à la liberté car mon présent chemin est clarté et je ne puis m’en écarté. J’écris ce texte prouvant aux intolérants que je n’ai besoin de quiconque pour penser, avoir des idées, accomplir des choix et peu m’importe s’ils vous semblent mauvais. De ce fait cela aurait paru inexorable, inéluctable, qu’à votre regard je sois méprisable.

Oui en particulier à toi, saches qu’avec le temps, j’ai sérieusement compris face à tes regards méprisants et ton impudence, que tu ne te préoccupe essentiellement que des apparences. Au fond je n’ai pas changé et je te remercie car cela m’a endurcie. J’aurais pourtant apprécié que tu te manifeste un peu plus encourageant. J’aurais préféré de ta part un peu de reconnaissance plutôt que tu me tiennes ces nombreuses remontrances.

Je tiens à remercier toutes ces personnes qui ont tenté de m’humilier, de m’achever car cela n’a fait que raffermir mon être et mes pas. Je n’éprouve aucune rancune, J’ai trouvé ma voie! 

A certaines personnes qui m’ont dénigré, à certains amis qui m’ont laissé tomber, pour un simple choix, une simple idée, vous m’en voyez désolée, mais je ne pense pas que réellement vous me connaissez. De me comprendre, vous n’avez essayé. 

Si vous aviez daigné un moment m’écouter, peut-être auriez-vous fini par m’accepter. Vous n’avez fait que m’entendre sans décrypter ce que je disais, vous n’avez fait que m’humilier sans vous préoccuper de ce que mon cœur portait. 

Dorénavant, j’avancerai sans plus me retourner, je laisserai mes souffrances devenir l’expérience de mon existence.

% commentaires (5)

Macha Allah c’est très bien fait. Je souhaite aux soeurs de se comporter comme le décrit cette lettre et de ne pas se préoccuper du regards des gens. Préoccupons-nous seulement de ce qu’Allah soubhanahou wa ta’ala souhaite de nous.

Un frère.

Quel belle réponse aux intolérants !
Il n’y a rien à ajouter . Tout ce que les sœurs voilées stigmatisées en France ressentent est décrit dans ce texte.
Un grand merci!
En espérant que ce genre d’écriture fasse évoluer les mentalités dans notre beau pays qu’est la France mais qui malheureusement tend vers quelque chose de très moche … Le racisme et surtout l’islamophobie

salam, c’est trés beau.
de plus le texte est très rythmique,
tu pourrai facilement en faire une chanson 😉

لم (1) أَحَسِبَ النَّاسُ أَن يُتْرَكُوا أَن يَقُولُوا آمَنَّا وَهُمْ لَا يُفْتَنُونَ (2) وَلَقَدْ فَتَنَّا الَّذِينَ مِن قَبْلِهِمْ ۖ فَلَيَعْلَمَنَّ اللَّهُ الَّذِينَ صَدَقُوا وَلَيَعْلَمَنَّ الْكَاذِبِينَ (3) 1.Alif, Lam, Mim . 2.Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : « Nous croyons! » sans les éprouver? 3.Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.

Ma religion est bafouée.
Ma pratique est menacée.
Ma libre pensée bientôt étouffée. Liberté, Egalité, Fraternité bientôt ne rimera plus avec ma religion de paix.

Comment ce pays des Droits de l’Homme qui est pourtant le mien ne voudrait plus de moi?
Je suis musulmane, abritée ou non d’un voile, et l’on m’envoie Val(l)ser pour que je prenne les voiles? Mais retirer à un être son droit d’être n’est-il pas enfreindre les lois fondamentales?

On peut me montrer du doigt pour ce que je ne suis pas, me lancer des pierres sur ma carapace en fer, jamais mes genoux ne toucheront terre. Je suis Libre.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.