BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Menacés de mort arme à la main, le traumatisme persiste un an après

Agression raciste et islamophobe à Muret, près de Toulouse : le prévenu sera jugé vendredi 5 juin 2015 au Tribunal de Grande Instance de Toulouse.

Le jeudi 5 juin 2014 aux alentours de 17h45, Madame B, accompagnée de ses deux enfants âgés de 2 ans et 6 ans, venait de quitter son amie avant de vivre un véritable cauchemar. Aujourd’hui encore, Madame B et son fils, maintenant âgé de 7 ans, continuent de subir les séquelles du traumatisme qu’ils ont vécu.

  • Menace de mort à main armé

Peu après avoir salué son amie, une voiture s’élance sur la route. Madame B monte sur le trottoir et invite le conducteur âgé d’une vingtaine d’année à rouler moins vite avec la présence de ses enfants. La suite est impensable tant le degré de violence est inouïe.

Pour toute réponse, le conducteur lui rétorque « qu’est-ce que t’as sale arabe ? ».

Quand Madame B, choquée par la violence de sa réaction lui répond « Qu’est-ce que t’as ? Va te faire foutre« , le conducteur, bière à la main, s’engage dans la petite ruelle et décide de s’arrêter à hauteur de Madame B.

Dès lors, les insultes pleuvent et rien ne semble pouvoir enrayer la violence de l’agresseur, allant crescendo.

Sale arabe, je vais te cramer, retournes dans ton pays

Madame B, française et convertie à l’Islam portant le voile lui fait remarquer qu’elle est « française comme lui » étant « convertie à l’Islam« . Nullement « rassuré » par la découverte de l’ascendance génétique de Madame B, le prévenu redouble de violence et confirme le caractère islamophobe de cette agression en accusant les « grosses putes de converties » de « foutre la merde« 

La violence de l’agresseur atteint son paroxysme lorsqu’il se met à fouiller dans la portière de sa voiture pour dégainer son arme, qu’il pointe ensuite sur Madame B, canon posé sur le rebord de sa vitre, tout en proférant « Je vais te tuer« .

L’enfant de Madame B, âgé de 6 ans rappelons-le, accourt vers sa mère et fond en larme. Face à cette menace arme à la main, renvoyant aux pires angoisses qu’un être humain peut endurer, Madame B lui objecte « t’as pas honte, il y a des enfants, sortir ton arme comme cela« .

L’homme persiste et signe en s’en prenant cette fois directement aux enfants « On s’en fout de tes enfants, c’est des sales races, on va les cramer« . Il sort alors de sa voiture, décidé à s’en prendre physiquement à Madame B.

L’homme s’approche de la victime, le poing levé, et en la regardant droit dans les yeux réitère ses insultes « sale arabe, sale race« . Ce n’est qu’à la demande de sa compagne, arguant « c’est bon viens, il y a des enfants« , restée tout ce temps dans la voiture, qu’il finira par baisser le poing.

L’homme remonte dans la voiture et vocifère ses dernières menaces « sale race je vais te cramer toi et tes enfants, vous êtes des merdes« , avant de démarrer sa voiture.

Que se serait-il passé si la compagne du conducteur n’avait pas été là pour l’arrêter ?

Contacté par la famille, le CCIF a accompagné Madame B dans ses démarches judiciaires et a dépêché un avocat de son réseau, pour assurer la défense de ses intérêts.

  • Un an après les faits, son fils garde de graves séquelles

Le quotidien du jeune garçon, aujourd’hui âgé de 7 ans est encore écorché à vif par les réminiscences de l’agression. L’enfant est suivi par un pédopsychiatre pour des troubles post-traumatiques.

Cette agression est d’autant plus horrible qu’elle s’inscrit dans un schéma désormais caractéristique des agressions islamophobes. Trop souvent, les agresseurs s’en prennent à des femmes seules, enceintes ou accompagnées de leurs jeunes enfants. On se souvient des agressions de Toulouse, Saint-Etienne et Aulnay-sous-bois. Toutes se caractérisent par ce même dénominateur commun : la promptitude des agresseurs à s’en prendre à des cibles vulnérables.

  • Des agressions contre des femmes voilées qui se multiplient

Force est de constater que pendant que les discours quotidiens visant à déshumaniser la femme voilée se font légions dans les médias et dans la sphère politique, les agressions islamophobes envers les femmes augmentent de façon inquiétante.

En 2014, 81,5% des victimes d’islamophobie que nous avons recensé étaient des femmes. En 2015, nous constatons une aggravation de ces violences faites aux femmes, tant par leur nombre que par leur degré de violence.

Alors que certain-e-s se sont donné-e-s pour mission d’interpeller les femmes musulmanes sur leur voile au nom de « l’égalité hommes-femmes », nous aimerions plutôt entendre ces dernièr-e-s s’insurger contre ces violences sexistes et racistes dont ces femmes sont victimes, au nom de cette même égalité qu’elles prétendent défendre.

Peut-être qu’il serait bon de rappeler à nos politiques qui ont tant à coeur la culture « égalitaire » française une vérité toute simple : les femmes musulmanes sont des femmes comme les autres, et à ce titre elles doivent être considérées et défendues de la même manière.

Le 5 juin prochain au Tribunal de Grande Instance de Toulouse, nous espérons que cette vérité sera affirmée avec force et détermination par la justice.

Articles associés

% commentaires (4)

J’espère vivement que justice sera rendue parce que là ça devient très grave. Le pire de tout c’est l’absence de cette info dans les médias cela rappellent les usa d’hier et d’aujourd’hui qui lorsque un américain non wasp mais noir se faisait tuer ou agresser personne n’en parlé.
Courage madame soyez fière de ce que vous êtes.

Invoquez ALLAH car cela révèle parfaitement un acte envers une femme opprimée.
Ne perdez pas espoir chère madame.

Quel lâche s’en prendre à une femme avec des enfants. J’espère qu’il payera pour cet acte et qu’on lui trouvera pas comme excuse du genre qu’il est fou ou autres. Cet acte n’excuse rien.

J’aimerais y aller a cette audience , quelqu’un sait a quelle heure elle aura lieu ?

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.