BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Christian Estrosi récidive gravement

Le terme « d’Islamo-fascisme » employé par Manuel Valls Lundi matin sur les ondes radio de RTL a rapidement inspiré nos élus abonnés à la rhétorique islamophobe. Sauf que cette fois, le propos est d’une violence inouïe et marque une progression alarmante de la rhétorique islamophobe du maire UMP de Nice.

 Il a ainsi déclaré Dimanche 15 février sur France 5 « qu’il y a un vrai problème posé par l’Islam » et demandé aux musulmans « de prendre leur responsabilité pour dénoncer l’islamo-fascisme ». Encore plus choquant, il a estimé que « certains disent que toutes les religions peuvent poser problème à un moment ou un autre. Non ce n’est pas vrai, les chrétiens ne posent pas de problème, la religion juive ne pose pas de problème. Il y a un vrai problème posé par l’Islam »

 Derrière cette volonté délibérée de mettre à l’index l’Islam, comme religion intrinsèquement génératrice de « problèmes » contrairement aux deux autres religions monothéistes, Christian Estrosi, par cette comparaison, cherche manifestement à mettre de l’huile sur le feu dans un contexte national déjà tendu.


 Un consensus implacable consistant à prendre en otage l’ensemble de nos concitoyens de confession musulmane à cause de dérives extrémistes émanant par-delà nos frontières s’installe dangereusement à l’intérieur de la classe politique, de tous bords politiques. C’est d’autant plus alarmant que la frontière entre l’essence islamophobe des propos de Christian Estrosi est infiniment mince par rapport à ceux d’une Marine Le Pen.


 Ces propos soulignent avec gravité la responsabilité qu’a notre gouvernement, dont le devoir est de protéger tous ses citoyens, de faire preuve de sens républicain lorsqu’il s’adresse à ses concitoyens, d’autant plus dans un contexte où les actes islamophobes ont explosé


 Le CCIF condamne fermement les propos tenus par le maire de Nice.

 


Articles associés