BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Protestations contre la venue d’Éric Zemmour en Belgique

Dans le cadre de la promotion de son livre “Le Suicide Français”, Éric Zemmour se rend à Bruxelles demain, mardi 6 décembre. Une venue qui soulève plusieurs protestations en Belgique dont celle d’une conseillère municipale qui avait requis l’interdiction de cette visite, sans succès.

La municipalité juge qu’interdire le polémiste français serait de la “censure”. De son côté, Le CCIB, Collectif Contre l’Islamophobie en Belgique, association créée et soutenue dans le cadre d’IMAN, projet paneuropéen du CCIF, choisit de porter plainte.

Le CCIB dénonce en effet plusieurs propos de Mr. Zemmour qu’il juge incitant à la haine raciale. De même, le collectif invite à plus de fermeté concernant la venue d’Éric Zemmour dans une lettre ouverte qu’il adresse aux bourgmestres de Bruxelles-villes et d’Uccle.

Les organisateurs de la Foire musulmane interviennent également pour dénoncer le “deux poids deux mesures” des politiques belges, en référence à l’interdiction de visite de l’un de leurs invités,  le prédicateur koweitien Tareq Al Suwaidan.

  • Une dynamique européeenne contre l’islamophobie

Le bourgmestre de Bruxelles se défend de cette accusation affirmant que les deux faits n’auraient pas grand chose à voir entre eux : « Pour Tareq Al Suwaidan à la Foire Musulmane, la Ville était face à un djihadiste qui appelle à la haine. L’Intérieur s’en était mêlé aussi », cela tout en déclarant trouver les propos de Zemmour “nauséabonds”.

Le débat belge autour de Zemmour ressemble de très près à celui mené en France depuis quelques semaines, où l’on s’interroge sur les limites de la liberté d’expression, que beaucoup brandissent en bouclier. Débats qui ont au moins pour mérite de mettre ces questions en avant et de révéler certaines contradictions de la part des politiques et journalistes.

Malgré des réactions publiques insatisfaisantes, une vrai cohésion est à l’œuvre entre les différents acteurs associatifs militants européens, et cela grâce à un travail de groupe bien mené. C’est ce travail qui permettra à l’avenir de lutter efficacement contre les discours islamophobes et cela au-delà des frontières françaises.

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.