BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le CCIF répond aux accusations de M. Rioufol dans le Figaro

Le 18 juillet 2014, dans son article publié sur FigaroVox “Judéophobie en France : que font les antiracistes ?”, titré « La France, théâtre du choc des cultures » dans sa version presse, Ivan Rioufol s’était de nouveau permis d’attaquer le CCIF. Oui, de nouveau, car ce n’est pas la première fois que M. Rioufol porte des accusations contre le CCIF en lui attribuant des actions et relations fantasques. Nous avions d’ailleurs porter plainte à l’encontre de l’éditorialiste du Figaro le 13 février 2013 suite à ses propos tenus dans l’émission de radio « On refait le monde » sur RTL. L’affaire est pendante devant le tribunal correctionnel de Paris.

Fait qui semble être rester en travers de la gorge d’Ivan Rioufol qui s’acharne à vouloir discréditer le CCIF. A la suite de la publication de ces articles en juillet dernier, dans le cadre de l’affaire Wissous, où celui-ci usait d’amalgames tendancieux et affirmait notamment que le Collectif Contre l’Islamophobie en France serait proche des Frères Musulmans, nous avions demandé un droit de réponse à cet article.

Ce droit de réponse vient d’être publié dimanche 2 novembre en page 16 du Figaro :

Je voudrais corriger plusieurs affirmations fausses portées contre le CCIF, que je préside, contenues dans l’article de M. Ivan Rioufol, publié le 18 juillet 2014 dans vos éditions périodiques papier et électroniques (“Bloc-notes” d’Ivan Rioufol et lefigaro.fr vox culture) et intitulé selon l’édition “Judéophobie en France, que font les antiracistes ?” ou “La France, théâtre du choc des cultures.”

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) est présenté comme proche des Frères Musulmans alors qu’il n’a aucun lien avec eux. Conformément à nos statuts, le CCIF est indépendant, apolitique et non cultuel. Il a pour objet la lutte contre les actes antimusulmans et offre une assistance juridique aux victimes. Il a donc contesté en justice l’interdiction municipale illégale et discriminatoire du port de tout signe religieux opposé à l’accès à la base de loisirs de Wissous, et a obtenu gain de cause. Agir ainsi participe à la défense légitime des droits inaliénables des individus, et nullement du procédé de victimisation.

Samy Debah, Président du CCIF”

Espérons que M. Rioufol finisse par s’atteler à son travail de journaliste en traitant ses sujets de manière plus objective et honnête. Nombre de ses propos sont le symptôme d’une islamophobie assumée ayant pour principal objectif de faire du (mauvais) buzz.

Articles associés

% commentaires (1)

Merci au CCIF de continuer son combat contre l’intolérance

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.