BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le drapeau de l’Algérie piétiné lors d’un contrôle de police

On se souvient du policier jugé « irréprochable » par M.Valls au lendemain des événements de Trappes l’été dernier. On se demande surtout combien de policiers violent leur mission de maintien de la paix par leurs comportements scandaleux et inadmissibles.

Et c’est ce qui s’est produit une nouvelle fois vendredi 4 juillet dans le département de Seine-et-Marne. En effet, le CCIF a été saisi par une maman après le contrôle d’identité et l’arrestation de son fils par la police municipale de Bussy-Saint-Georges.

La scène se passe vendredi 4 juillet vers 20H30. Le jeune homme âgé de 15 ans se fait contrôler et arrêter par la police municipale de Bussy-Saint-Georges après un prétendu jet de canette sur leur véhicule (il s’avère, selon le témoignage du fils que c’est sur le trottoir qu’une canette est effectivement tombée). En tout cas, sans se soucier de savoir d’où provenait l’objet, les deux agents le menottent violemment en lui croisant les bras derrière le dos, l’installent dans leur voiture et lui fouillent sa sacoche. 

Ça tombe bien: ils trouvent un drapeau algérien. Que font les policiers ? Ils le jettent au sol, le piétinent et lancent au jeune garçon : « aime ton pays » (au bénéfice du doute on pourrait penser qu’ils font référence à la France… Mais les agents éclaircissent leur propos en poursuivant :

Sale arabe rentre dans ton pays !

Les agents en question ont semble t-il souscrit à la vieille rengaine du F.N remise au goût du jour par l’égérie du parti sur la double-nationalité, choisir entre « être français ou être autre chose » !

Quoiqu’il en soit, S**** leur demande de leur rendre le drapeau, tente de les raisonner en leur rappelant que sa mère est française et qu’il est français. Les agents, en guise de réponse, laissent le drapeau sur le trottoir et l’un d’eux poursuit violemment : « je vais te fracasser la tête ». 

Les agents se défoulent, alors : ils giflent le jeune garçon et l’étranglent. La mère, avec sa fille, a appelé son fils à 20H31 et il a eu tout juste le temps de décrocher. Elles entendent donc, impuissantes, toute la scène. 

Le père se rend immédiatement dans les locaux de la police municipale pour avoir des explications. Son fils n’est toujours pas là et le trajet pour arriver au commissariat de Lagny-sur-Marne dure une vingtaine de minutes. Les agents en question arrivent enfin au poste de police et tentent alors de trouver une parade en prétextant des accusations « bidon » à charge du jeune homme pour essayer de justifier l’arrestation musclée.

A son arrivée, S*** présente de sérieux hématomes, des traces de strangulation et un traumatisme cranio-facial que constatera le médecin des urgences sans noté le choc traumatique. 

L’officier du commissariat dissuadera d’abord les parents de porter plainte avant de céder face à leur insistance. Le fils est entendu puis relâché à 22h55. Un rendez-vous sera enfin donné le mardi 8 juillet à 9h00 pour entendre les requêtes des parents.

Le CCIF assure la famille de tout son soutien et déplore qu’une fois de plus certaines forces de police soient sérieusement mises en cause par des comportements qui brisent la confiance entre les citoyens et les autorités policières. 

Le CCIF affirme que c’est seulement à travers un rappel à l’ordre indispensable de la part du gouvernement à l’endroit des forces de l’ordre que ceux-ci n’agiront plus comme s’il existait des citoyens de seconde zone.

Crédit photo: Shutterstock

Articles associés

% commentaires (6)

Honteux. Quand la France aura t’elle une police qui agit avec professionnalisme?

Nombreux sont ceux qui postulent et endossent l’uniforme juste dans le but inavoué de servir des desseins personnels et non pour le maintien de la paix.

Il faut sanctionner sévèrement ces fachaux xénophones travestis en « gardien de la paix ».

Justice doit être rendue.

2 jours noirs pour l\’économie francaise. Action Palestine: ne pas aller dans les magasins le vendredi 18 et le samedi 19 juillet inchallah. Prenez vos précautions. Il faut se mobiliser et montrer à la France le poids de notre communauté sur l\’économie. On est tous capable de le faire. Demontrons à la France notre mobilisation et notre volonté. On a du poids , soyons unis. A diffuser au plus grand nombre 😉

Et cela dure depuis plus de 50 ans… Bizarre à croire qu’on les à bien éduqué… Suivi monregard

Le 22 juin dernier suite à la victoire de l’Algérie face à la Corée, ce n’est pas un drapeau ou deux qui ont été piétiné sur les champs Élysée, c’était des arrachage de drapeau par les CRS, des jeunes supporter jeté de leur scooters, des pare brises et vitres de voitures explosés par les matraques des CRS, je suis une femme, je me suis pris un coup sur le bras sans prévenir, en guise de sommation pour ranger ce drapeau. On a eu peur face aux provocations des CRS, en partant j’ai même appelé la police pour les alerter, ce soir la j’ai pris conscience de la haine de l’arabe en France.

Yvy
A dit le 11 juillet 2014.

Le 4 juillet, c’est juste après l’élimination de la France de la Coupe du Monde, ça ! Visiblement, y’avait encore des casseurs dans la rue (habillés en bleu marine, cette fois…)

Heureusement que la Coupe du Monde est bientôt terminée et que l’Algérie comme la France ont été sorties du jeu assez rapidement… Voir autant de tensions pour un ballon, c’est affligeant.

Bon, maintenant si nos gardiens de la paix pouvaient reprendre une activité normale (c’est-à-dire respectueuse et honorant la mission qui leur est confiée), ce serait top.

Idem pour les jeunes supporters : bien que ma mère soit bretonne, je ne me balade pas avec le drapeau herminé dans mon sac à main… et je n’ai jamais vu pleuvoir de canettes sur le trottoir au moment où une voiture de police s’approche de moi…

Ceci dit, j’espère que la plainte aboutira et que les policiers impliqués seront lourdement sanctionnés : les injures et la violence ne sont pas admissibles, surtout envers la population qu’ils sont censés protéger !

Ajouter un commentaire à samara Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.