BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Université: « Retirez votre voile pour passer l’examen »

Après m’être installée à ma place dans l’amphithéâtre, la professeure Y* m’interpelle par mon nom, puis me dit de retirer mon voile car elle doit « voir mes oreilles pendant l’examen ». Je lui dis que non, que j’étais désolée mais que personne ne m’avait jamais dit une chose pareille, que ce soit pendant les cours ou lors des examens. Elle rétorque en me disant que c’est la loi, qu’il faut que « les étudiants passent leurs examens les oreilles découvertes »… Je lui réponds que c’est ridicule et je retourne à ma place, prête à commencer l’examen. Puis elle m’apporte un document « officiel », en pointant le paragraphe stipulant que « tout étudiant doit se présenter à l’entrée des salles d’examen le visage et les oreilles découverts afin que le personnel puisse contrôler son identité ». Je lui réponds donc qu’elle connaît déjà mon identité, puisqu’elle m’a vue et interpellée par mes nom et prénom, et qu’il n’y avait de ce fait pas lieu d’enlever mon voile.

Déterminée, elle m’annonce que je ne pourrai pas passer l’examen ainsi et va chercher la secrétaire; Je reste calme, à ma place et les attends. La secrétaire me fait comprendre que je pourrai passer l’examen, mais Mme Y* change de tactique: « il faut retirer votre voile afin que l’on puisse voir vos oreilles, car nous avons eu trop de cas de tricheries avec des filles voilées »…la secrétaire acquiesce. Je réponds à la secrétaire en lui disant que j’accepte de découvrir mes oreilles devant la professeure, devant la porte de l’amphithéâtre, afin qu’elle soit assurée de mon identité et qu’elle puisse voir que je n’ai rien pour tricher. La secrétaire opte pour cette solution et s’en va.

Je me dirige donc vers la porte, avec la professeure, et lui montre mes oreilles, juste en entrouvrant mon voile: elle s’énerve en disant qu’elle ne voit rien. Je m’approche d’elle en lui ajoutant même un « regardez, j’ai juste des boucles d’oreilles, et regardez aussi dans mes manches, mon gilet, mes bottes, rien pour tricher! » Frustrée, elle ne répond rien et donc j’entre dans l’amphithéâtre pour enfin commencer l’examen après 15 minutes de retard… Pendant les 2 heures d’examen, j’ai eu droit à des regards insistants et remplis de haine de sa part, ainsi que de celle de la personne qui surveillait la salle avec elle. Cet incident m’ayant choquée et déstabilisée, j’ai eu littéralement un trou noir : je ne me suis rappelée d’aucune formule ni de mon cours pendant près de 30 minutes, et de ce fait, je n’ai pas pu être dans des conditions d’examen optimales comme l’ont été les autres étudiants. Quand j’eus terminé, je déposai ma copie et quittai la salle.

J’ai tout de même été voir la secrétaire, pour essayer d’en savoir un peu plus. Elle me dit qu’ils avaient reçu un « document » qu’il fallait respecter, mais que l’UFR adoptait une politique plus « tolérante » afin de permettre à tous d’avoir accès à l’éducation. Ceci étant, elle me rappela que la France était un pays laïque, où les signes religieux sont interdits dans les lieux publics, et qu’il était préférable que les étudiants soient tous « lambda » et sans différences religieuses apparentes…S’engagea alors avec elle une discussion sur le caractère injuste et ridicule de cette prise de position, lui rappelant qu’il y avait encore quelques années, le port du pantalon était interdit aux femmes…hé oui, vous étiez hors la loi. Pas de réponse. Puis elle ne cessa de se justifier en me disant que « beaucoup trop de filles voilées avaient fait l’objet de tricheries » , qu’il fallait comprendre et respecter la position de Mme Y* (la professeure), et que si l’on commençait à autoriser les signes religieux, on devrait annuler les examens les vendredis et samedis car vendredi est le jour des musulmans et samedi shabbat… et que si on autorisait les juifs à porter une kippa, il pourraient également tricher aisément. Je lui ai fait comprendre que tricher n’était pas réservé aux personnes juives ou musulmanes, mais que beaucoup d’étudiants trichaient à longueur d’examens sans que personne ne les contrôle. 

Le lendemain, vers 15h45, je me rends au secrétariat de l’université pour demander une copie du fameux document. Une secrétaire me dit que Madame A* arrive, puis on me fait attendre pendant 20 minutes; les secrétaires chuchotent entre elles dans le bureau, puis l’une d’elles apparaît et me demande si la secrétaire vue la veille n’était toujours pas venue me voir. Je réponds que non, puis j’attends encore 10 minutes et la dite secrétaire sort enfin pour me parler. Je lui demande donc s’il est possible d’avoir une copie du document que l’on m’a montré pendant l’examen; son visage devient rouge, elle me demande ce que je vais en faire et si c’est réellement nécessaire. Je lui dis que oui, j’en ai effectivement besoin car l’événement d’hier m’a laissée amère, que j’ai vécu une réelle injustice et que je me suis sentie discriminée. Elle finit par me tendre le document à contrecœur et m’assène de « je ne vous conseille pas de rentrer dans une procédure, vous allez perdre du temps, et puis Mme Y* est très gentille, elle l’a fait à contrecœur, elle n’est pas raciste vous savez, elle a même un nom à consonance…(maghrébine) ». Je termine la discussion en lui disant que cela n’avait rien à voir avec son nom et que pour information, seul le personnel d’un établissement public se doit de se montrer neutre vis à vis de ses convictions religieuses, mais qu’en aucun cas cette règle ne s’appliquait aux étudiants, et que si l’université voulait réellement remédier au fléau de tricherie, le personnel n’avait qu’à instaurer un système de contrôle stricte à l’entrée, mais pour TOUS les étudiants.

Je remercie encore une fois l’équipe du CCIF pour son écoute, son soutien et son travail ô combien important!!

Cela permettra d’une part de remettre les points sur les i concernant les discriminations et les injustices perpétrées par des personnes complètement ignorantes, et d’autre part de permettre aux futures étudiantes voilées de l’université de pouvoir étudier en toute quiétude…

En vous remerciant encore pour le travail fourni,

Bien cordialement

                                                                              j'agis, j'adhère, je donne

                                                                              appli CCIF contre l'islamophobie

% commentaires (16)

Encore combien de temps va t’il falloir pour que ces mesquineries stoppent?

Félicitation à cette jeune femme ! Et quel bonheur de voir sa détermination ! Heureusement pour elle, elle connaissait ses droits… Lorsqu’on sait que tous les jours, des personnes se font piégées et humiliées alors que la loi est de leur côté ! Il est grand temps que les français, et particulièrement les premiers visés, refusent cet état de fait, car y’a-t-il actuellement d’autres alternatives que : subir ou agir ?

D’un autre coté, il est peut être possible de cacher un récepteur derrière un foulard? Mais si cela risquait de poser un problème, je m’attendrais à ce que la question soit discutée avant l’examen. D’autre part, je pense que la communication ne pourrait aller que dans un sens, et donc être limitée.

Salam alaykoum! Je tiens a te feliciter pour ton courage! BRAVOOOOOOO ma soeur

Selem alikom! Ne lâche rien oukhti et surtout il faut lancer une procédure contre ces abrutis! Il faut les humilier car ils se croient tt permis… Qu’Allah te facilite…

Moi on ma contrôlé mes oreilles l’année dernière au score IAE message et cette année j’ai passée le CRPE, la dame qui surveillait m’a dit « on va dans les toilettes et vous enlevez votre voile pour contrôler que vous cachez rien ». Le pire elle a touchée le haut de mon bonnet pour voir s’il a quelque chose.Sérieusement, il n’ait pas possible de tricher en mettant un truc sous un bonnet pour foulard. Dire voir ses oreilles afin de voir qu’il n’y ait pas d’écouteurs je reste d’accord.
Le problème en faisant cela on est discriminée, pourquoi soit disant nous fouiller nous les voilées. Est-ce qu’ils fouillent les poches des gens ? Non. Même durant le concours, ils ont même pas vérifier que les gens n’aient pas leurs téléphones sur eux.

Salam Alikoum,
En cas de problème au niveau à l’université je vous conseille aussi de demander l’aide au syndicat: »Solidaires Etudiant-e-s syndicats de lutte », ils font de l’excellent travail pour tous les étudiants peu importe leurs origines ou leurs religions.

Bravo ma soeur, c’est bien car tu ne t’es pas laisser faire et tu etait dans ton droit, il faut continuer à perseverer!

Le récit nous laisse un peu sur notre fin : serait-il possible d’en savoir un peu plus sur le fameux document en question ? Quelle valeur (légale) avait-il ? Etait-ce une simple note interne, carrément le règlement de l’UFR ? Une procédure est-elle en cours ? Si oui, j’espère que les résultats seront publiés ici.

Dans tous les cas, félicitations à la soeur pour son attitude exemplaire.

La laïcité, c’est la séparation du pouvoir et de la religion, et la neutralité des fonctionnaires (enseignent, etc).
En aucun cas, une question vestimentaire sur la voix publique.

C’est bien sur un cas de discrimination évidente dissimulée derrière des arguments sournois et fallacieux qui n’avaient d’autres but que d’intimider la jeune étudiante, l’objectif visé étant de la dissuader de porter ce fameux morceau de tissu sur la tête… Comme si cela devait être la préoccupation première.

Il y a des anti musulmans disséminés un peu partout et des que l’occasion s’en présente ils mettent en œuvre leur tactique d’harcèlement.

On ne changera pas le monde il y aura toujours des gens au cœur maladif et à l’esprit haineux, par contre il ne faut pas rester impassible face à l’injustice, quand on peut alors il faut faire front pour ne pas se faire complice et laisser prospérer l’iniquité.

Il n’ est possible de faire régresser l’intolérance de quelque nature qu’elle soit que si chacun y apporte du sien.

Salam a3leykoum Mlle H

Bravo pour ta détermination devant le secrétariat. A quoi ressemble ce document? Peux-tu partager stp?

Je me suis également faite examiner les oreilles lors de mon examen au crpe. Cela doit être nouveau car en juin dernier, il n’y avait pas eu de contrôle de ce genre.

S’il est vrai que des sœurs voilées profitent de leurs voiles pour tricher, c’est honteux, et elles feraient bien de se demander pourquoi elles le portent…

Voici mon histoire: La surveillante est arrivée à mon niveau et m’a demandée si j’étais la jeune femme voilée qui lui avait offert des boucles d’oreilles. Je lui réponds que non… puis, me demande si j’en porte. Je trouve la question étrange et répond non. Sa stratégie n’ayant pas marché, elle me demande de la suivre aux toilettes pour vérifier mes oreilles. Je me lève, la suis. Elle fait passer la pilule en se montrant très bavarde et gentille. Dans les toilettes, elle tente de nous enfermer toutes les deux. Après deux vaines tentatives, je lui dis que la porte ne pourra pas se fermer et lui montre mes jolies oreilles car je n’ai rien à cacher. La situation est ridicule. Je lui demande si elle a le droit de faire cela et me répond par l’affirmative…Bon, je me dis à ce moment-là que c’est tellement gros qu’ils doivent avoir quelque chose sur quoi s’appuyer.
Le lendemain, je ne serai pas contrôler. Et je remarque que toutes les sœurs voilées ne sont pas systématiquement contrôlées. Alors, pourquoi moi? Aucune idée!

Selem alaykoum
Alors la prof raciste était arabe ou quoi je ne comprend pas?
barakaAllah oufik pour la reponse

Bravo pour ton courage et ta détermination ! Moi aussi on me demande de montrer mes oreilles parfois avant un examen mais toujours dans une salle isolée et je ne retire en aucun cas mon voile. La lutte ne fait que commencer !

@Anonyme
Il existe des règlements intérieurs de Fac ou d’IUT qui demande de contrôler les oreilles des étudiantes dans certains partielles. Mais bien sur, ça doit se faire dans la dignité.
Pour certains examens très important (en médecin et pharmacie et certains examen de partiel en DUT) parfois les oreilles doivent être découverte. Ou quand il y a un fort soupçons de fraudes.

Disons que le problème de ces règlements, c’est que comme ils sont vague, ils peuvent être interpréter n’importe comment par les surveillants. Certains peuvent être tenter de vouloir humilier les soeurs …
Hormis certains cas spéciaux, les contrôles sont très aléatoires aussi. les règles sont assez flous en fait.
De toute façon, l’étudiante doit exiger qu’en cas de contrôle, que ça se fasse dans la dignité.

Concernant les filles voilées qui tricheraient, ceux sont des rumeurs lancés par des islamophobes, simplement pour trouver un prétexte pour les ennuyer. Il existe des gens qui sont prêt à inventer n’importe quels prétexte pour s’en prendre aux filles voilées.

Et avec les polémiques islamophobe, pas mal de fac (UFR) et d’IUT se sont permis de faire plus de problèmes aux filles en hijab (via des contrôle aux partiels et en faisant des règlements intérieurs ou les cartes étudiantes doivent être tête nue sans hijab comme pour le passeport).

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.