BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Montée de l’intolérance à l’égard des musulmans de France

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a remis son rapport annuel sur la lutte contre le racisme en début de semaine (mardi 1er avril 2014). Comme chaque année, cet organe consultatif dresse le bilan des actes et menaces à caractère raciste, antisémite ou islamophobe en France. Et cette année comme les précédentes, le bilan est relativement sombre.

A travers l’étude de la CNCDH (sondages) on retient que les Français sont globalement moins tolérants et que ce sentiment de rejet se concentre essentiellement sur les Roms et les musulmans qui sont devenus des « boucs émissaires », dans une situation socio-économique tendue entre chômage, immigration et crise économique.

Le CCIF n’a pas attendu 2014 pour faire le même constat…Nous nous félicitons que la commission ait  intégré le terme « islamophobie » qui selon elle est devenue « incontournable » n’en déplaise à M.Valls qui s’entête à nier le phénomène. En effet, le CCIF n’a eu de cesse de dénoncer l’islamophobie et ce depuis 2003 (Voir nos différents rapports). Nous nous réjouissons que la CNCDH se soit appuyée sur notre travail auprès des victimes et qu’elle ait tenu compte de nos observations dans son édition 2014.

Fort de ses nouveaux outils de mesure et de recensement des actes islamophobes, le CCIF publiera justement son rapport annuel qui, non seulement confirmera cette tendance mais donnera des chiffres précis sur l’ampleur de l’islamophobie en France.

Nous avons donc franchi une étape clé : Celle de la reconnaissance de l’existence des discriminations et des actes de violences perpétrés contre des institutions ou des individus en raison de leur appartenance réelle ou supposée à l’Islam. Une étape essentielle pour une lutte efficace, car il convient de «nommer ce que l’on dénonce et souhaite combattre».

D’ailleurs la CNCDH l’indique clairement: « On ne peut nier que le mot fait aujourd’hui partie du paysage politique, médiatique et institutionnel. Il s’est notamment illustré par une actualité tout à fait prégnante, à l’occasion de faits divers inquiétants qui se sont succédé, à l’instar de ces agressions ciblant des femmes voilées ».

Tout comme elle indique que les actes de violence à l’égard des citoyen-ne-s de confession musulmane, sont les seuls en hausse pour la troisième année consécutive. La commission va même plus loin dans ses conclusions puisqu’elle explique que « l’islamophobie désigne un phénomène visant l’islam et les musulmans, se manifestant à travers des opinions et des préjugés négatifs, souvent à la source de rejet, d’exclusion et de discriminations, des propos injurieux ou diffamatoires, des incitations à la haine, des dégradations de biens porteurs d’une valeur symbolique, et parfois même des agressions ».

La prochaine étape consisterait donc logiquement à la mise en place d’une commission parlementaire sur l’islamophobie. Une commission pluraliste, indépendante, ouverte sur la société civile, qui étudierait et prendrait la mesure des dérives auxquelles a donné lieu l’instrumentalisation de l’identité nationale, des luttes féministes et de la laïcité, qui visent aujourd’hui nos concitoyens musulmans, ou perçus comme tels.

Ce rapport de la CNCDH revêt un caractère spécial et se révèle être très intéressant tant par son contenu que par le contexte politique dans lequel il s’inclut : Publié en plein remaniement ministériel, les associations de défense des Droits de l’Homme et de lutte contre les discriminations telles que le CCIF vont être particulièrement vigilantes sur les mesures prises par le gouvernement pour enrayer la montée de l’intolérance et la multiplication des actes et menaces racistes.

Il est indispensable que nos responsables politiques prennent enfin la mesure des problématiques soulevées par le CCIF et la CNCDH, à commencer par M.Valls, nouveau 1er ministre qui, s’était tristement illustré par ses propos stigmatisant les Roms ou encore par sa position sur le port du foulard. Le même qui s’est dit favorable à l’interdiction du port du voile à l’université et qui a déclaré que « les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie ».

© Crédit photo : Shutterstock

                                                                                  j'agis, j'adhère, je donne

                                                                                  appli CCIF contre l'islamophobie

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.