BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Islam en Une des magazines: susciter la peur et faire vendre

Dans son numéro daté du mercredi 9 octobre, l’Express a à nouveau fait une couverture choc sur l’Islam.

Une nouvelle Une provocatrice à l’actif de l’hebdomadaire et qui s’ajoute à la liste des Unes de la presse stigmatisantes et alimentant la peur et la suspicion au sujet des musulmans. 

Une provocation assumée et revendiquée

Christophe Barbier a reconnu lui même en juin dernier lors de la cérémonie des Y’a Bon Award 2013 où il s’est vu remettre ses peaux de bananes d’or, que les Unes de l’Express relatives à l’Islam sont volontairement choquantes ; le « choc » étant un moyen d’attirer les gens… entendez par là d’assurer les ventes.

Il a ouvertement déclaré: « Il faut que les journaux disent ce qui ne va pas bien et parfois même exagérer un peu pour donner l’alarme et si c’était une fausse alarme c’est pas trop grave » […] »Un journal pour se faire remarquer, faut qu’il tape fort; à l’intérieur on peut être nuancé, mais à la une c’est vrai que, et l’Express comme les autres, quelques fois il faut être un tout petit peu plus acide et choquer » […] « et si parfois on se trompe; on n’a pas les bons mots, la bonne image, la bonne expression, c’est pas grave ». 

          De précédentes couvertures de L'Express.

 

Sauf que cette provocation n’est pas gratuite: elle se fait au prix d’une stigmatisation ayant vocation à entretenir un climat de suspicion sur les musulmans dans un contexte où l’islamophobie n’a jamais été aussi forte. 

Christophe Barbier ose même dénoncer les « dérapages des politiques » à des fins électorales tout en poursuivant ses dérapages éditoriaux à des fins économiques…

 

Un article à l’image de la Une : un manque de sérieux, de rigueur et de recul

Loin d’être nuancé, l’édito de Barbier n’est d’aucune valeur ajoutée et se contente de reprendre une série de clichés et de présupposés idéologiques très tendancieux concernant l’islam, faisant par exemple passer les évènements de Trappes comme un « symptôme » du communautarisme quand ils devraient être par souci républicain dénoncés et condamnés.

Le directeur de la rédaction du magazine va même jusqu’à faire des parallèles entre les logiques communautaristes de l’islam en France et celles d’Egypte et de Syrie…

Bref, des développements peu rigoureux exploitant des fantasmes qui alimentent les peurs et l’ignorance. 

L’article évoque également « La crise qui jette les déclassés et les oisifs dans les bras des prêcheurs radicaux », laissant entendre par là que les musulmans pratiquants appartiendraient à des catégories sociales défavorisées, au niveau culturel limité et très vulnérables au discours redonnant de la valorisation et des repères….Reprise d’une analyse sociologique plus que grossière qui consiste à interpréter la pratique religieuse comme un rempart à l’exclusion sociale.

Grossière mais aussi totalement inopérante et erronée quand on sait que la pratique de l’Islam est présente dans toutes les catégories sociales, des plus défavorisées aux plus aisées. 

La métaphore médicale ou quand c’est le médecin qui est malade…

Elle consiste à comparer l’Islam à un cancer qui rongerait la société française et en expliquerait de nombreux maux allant souvent jusqu’à comparer les musulmans pratiquants à des cellules cancéreuses. 

Cette rhétorique à la mode reposant sur la métaphore médicale a assez duré.

Sans jamais proposer de remède à la « maladie », ces « docteurs » s’évertuent à avertir contre ce « danger communautariste » qui troublerait à la fois l’ordre national en violant les principes républicains mais qui constituerait aussi une menace à l’échelle mondiale se traduisant par des évènements géopolitiques majeurs comme les attaques terroristes.

Si maladie il y a, c’est cette propension de certains politiques, journalistes et pseudo-intellectuels à se prendre pour des docteurs tirant la sonnette d’alarme en alertant sur une « maladie » liée à l’Islam et à sa pratique.

Car c’est bien l’Islam et non à l’islamisme qui est visé par ces attaques.

Ils brandissent au départ l’argument de l’extrémisme pour légitimer la thèse du communautarisme mais citent des exemples religieux faisant référence à la visibilité islamique de la pratique comme le voile.

La Une de ce point de vue, vise bien les musulmans pratiquants et non les extrémistes car elle montre une devanture de boutique avec des têtes de mannequins voilés avec le titre racoleur: « Islam, le danger communautariste », suggérant par là que le simple fait d’être voilée est un signe de communautarisme appelant à un « impératif de vigilance ». C’est sont contre ces types de manipulations médiatiques qu’il faut dresser un « impératif de vigilance ».

Contrairement à ce qui a été suggéré au début de l’article de l’Express, les musulmans n’ont aucun problème avec le fait de débattre de l’Islam.

Mais encore faut-il le faire de façon sereine et raisonnable et surtout en prenant soin de faire un usage raisonné de la terminologie pour se prémunir contre les amalgames contre lesquels l’article met en garde mais oublie d’éviter…

Le CCIF ne peut donc que condamner cet article qui, loin d’honorer l’Express par un soi-disant courage à pointer les « vrais problèmes », jette un sérieux discrédit idéologique sur la ligne éditoriale du magazine. 

Le CCIF reprend à son compte la nécessité de lancer un « impératif de vigilance »; cette fois contre une maladie malheureusement bien réelle et contre laquelle il faut lutter dès à présent à l’approche des prochaines élections municipales; celle de diaboliser l’Islam et les musulmans en faisant passer des pratiques relevant de la liberté religieuse pour des fléaux sociaux.

 

                                                              j'agis, j'adhère, je donne

Articles associés

% commentaires (5)

Un torchon engagé dans la lutte de la division du peuple français pour mieux cacher les lacunes du système qu’on ne peut plus cacher

Une idée comme ça qui me passe par la tête, ils devraient éditer l’express ainsi que tous les autres magazines dans du papier plus souple que l’on puisse en faire bon usage en le recyclant dans les toilettes.
Histoire de dissoudre les idées brunes dans le vert.

Tout a fait d’accord avec l’article. J’ai aussi noté que les réactions aux articles sérieux du Monde concernant les musulmans sont en majorité islamophobes. Il y a beaucoup a faire pour éliminer les préjugés.

bien dit ! ben oui pour vendre il faut faire peur et toujours parlez des musulmans.

La france est devenue musulmane a quant la charia?

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.