BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Mairie: Foulard interdit!

Le 23 mai 2013 à la Mairie de Montsoult (95560), un couple musulman a une nouvelle fois fait la rencontre d’un élu qui semble ne pas connaitre les lois de la République.

Après les multiples refus par des maires de marier des couples musulmans à Lyon ou Seyne-sur-Mer, après les pressions de multiples agents municipaux pour contraindre des citoyennes à se séparer de leur voile lors de retraits de pièce d’identité, après les incessants projets de lois liberticides qui couvent contre les citoyen-ne-s musulman-e-s, le zèle de certains élus pour priver les citoyen-ne-s musulman-e-s de leurs droits les plus élémentaires devient de plus en plus inquiétant.

En effet, vers 17h25, alors que le couple est dans la mairie pour des formalités administratives, le premier magistrat de la ville, Mr Boistard, les reçoit en leur faisant part de l’interdiction de porter un signe « ostentatoire religieux » dans un lieu public. Il exige de Madame qu’elle se démette de son foulard pour accéder à l’enceinte de la mairie.

Devant l’épouse en larmes, Mr Boistard indique qu’il ne fait qu’appliquer la loi et que, par ailleurs, il s’y oppose!  » Je suis désolé je ne fais qu’appliquer la loi, même si je ne suis pas d’accord, je suis obligé de le faire ». Il prend étrangement le temps de rassurer l’épouse bouleversée et s’improvise en théologien expert : « il ne faut pas le prendre comme ça […], je suis le premier à défendre les musulmans, vous savez quoi, j’ai même lu le Coran, vous vous l’avez déjà lu ?, « à aucun moment il y a écrit que la femme doit porter le voile ».

A la fin d’une discussion qui s’apparente plutôt à une mascarade , le Maire déboutonne sa chemise et fait voir ostentatoirement un collier avec une croix: « vous voyez moi aussi je suis Chrétien et je la cache pour ne pas faire de prosélytisme ».

Le CCIF condamne les agissements du Maire de la ville de Montsoult (95) qui ne semble pas avoir saisi le sens du mot laïcité, qui n’est en fait que la neutralité exigée des fonctionnaires de l’Etat et sûrement pas des citoyens.

Monsieur Le Maire a ouvertement transgressé la loi en exhibant ses convictions religieuses à l’une de ses administrées et a privé des citoyens de leurs droits élémentaires d’expression.

Cet énième agissement d’un élu, dirigé contre des citoyen-ne-s de confession musulmane, révèle l’instrumentalisation, à toutes les échelles, du concept de laïcité pour légitimer des actes islamophobes. Il est intolérable qu’un représentant de l’Etat ou d’une collectivité territoriale puisse intimider des citoyens en décrédibilisant et en avilissant, lamentablement, la fonction de réprésentant du peuple.

Le CCIF exige un rappel de la loi des plus hautes instances pour protéger les citoyens des abus de pouvoir et de la fantaisie pernicieuse de certains fonctionnaires surtout quand les circonstances et l’atmosphère délétère qui entoure les citoyen-ne-s de confession musulmane les exposent à toujours plus de haine et plus de violence.  

Le CCIF rappelle que l’exigence d’une commission d’enquête parlementaire se justifie par des agissements qui remettent en cause les principes mêmes qui fondent notre société, et cela en toute impunité.

Plus de 35 000 citoyens ont signé une pétition en faveur de cette commission, il est temps aujourd’hui que les élus locaux qui soumettront prochainement leur mandat à leurs suffrages les entendent!


 

 

% commentaires (1)

Bonjour, le mieux c’est de nous indiquer le numéro téléphone , adresse , mail ect… pour qu’on puisse leur dire notre mécontentement . Merci

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.