BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

What’s your jihad ?

Aux Etats-Unis, une campagne d’affichage dans les transports publics (encore une !) a décidé de se réapproprier le terme jihad. Les associations à l’initiative de cette campagne, intitulée My Jihad, jugent en effet que le terme a été galvaudé, aussi bien par les extrêmistes qui prônent le terrorisme au nom de l’islam, que par ceux qui répandent une fausse image de cette religion par ignorance, par intolérance ou pour vendre du papier.  

Depuis quelques années, les médias occidentaux ont en effet beaucoup utilisé le terme jihad à mauvais escient, pour désigner exclusivement le terrorisme, les actes de violence commis au nom de l’islam, ou ce qui serait un équivalent musulman de la « guerre sainte ». Des experts auto-proclamés, décidés à établir une taxonomie minutieuse des différents courants de l’islam, ont forgé le terme « jihadisme », qu’ils emploient à tort et à travers sur les plateaux de télévision. On pourrait penser que les islamophobes ont gagné cette bataille du langage, qui vise à donner de l’islam et des musulmans une image belliqueuse et agressive. Cet emploi du terme jihad a tellement envahi l’espace médiatique, qu’aujourd’hui il a éclipsé le véritable sens du mot, bien plus large. 

En réalité le mot jihad signifie « effort ». S’il peut effectivement désigner la lutte armée, il s’agit la plupart du temps d’un combat contre soi-même, de la patience face aux épreuves de la vie, de la ténacité dans le désir d’apprendre, de l’obstination à refuser l’injustice, ou de tout autre effort visant à devenir une meilleure personne ou à rendre le monde meilleur. Beaucoup l’ignorent, mais aujourd’hui des personnalités telles que Sadaf Syed ou Ahmed Rehab, ainsi que de nombreux citoyens anonymes, ont décidé de s’engager pour changer les perceptions, et de parler de la pluralité de sens que revêt à leurs yeux le terme jihad. 

Lancée mardi 11 décembre par le CAIR (Council on American-Islamic Relations) à Chicago, la campagne a pour objectif de déconstruire les clichés, et de mettre en avant les significations diverses que chacun peut accorder à ce terme. D’où le « my » dans « My Jihad », et la question : « What’s yours ? » (« Quel est le votre ? »). 

On peut aussi y voir une réponse à la campagne de Pamela Geller, lancée en août dernier qui qualifiait les musulmans de « sauvages », et appelait à « vaincre le jihad ». Chacun est invité à contribuer à la campagne, par des donations qui permettront de l’étendre à tout le pays, en la relayant sur les réseaux sociaux, et en produisant ses propres visuels.  

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.