BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le voile en formation au Greta

Des frais élevés et inutiles sont engagés par des structures de l’Education Nationale à cause de la méconnaissance des lois, engendrant des sentiments de frustrations de part et d’autre.

Ce type de phénomènes est à combattre, notamment par une meilleure formation du personnel, afin qu’ils ne soient pas instrumentalisés par des politiciens en mal de programme politique, désireux d’inciter à la haine des minorités. L’information est inexacte mais largement relayée par les médias, nous prouvant une nouvelle fois que beaucoup trop d’institutionnels ignorent la loi. Le président du Greta d’Ambrieu et Bourg en Bresse a décidé de « délocaliser » la formation d’assistante maternelle, en se référant à la loi sur l’interdiction des signes religieux dans les collèges et les lycées, puisque l’une des stagiaires porte le voile.

« Nous lui avons dit (à la stagiaire voilée) que la formation se faisait dans un établissement scolaire, où le voile est interdit. Comme la personne a refusé d’enlever son voile, nous avons cherché un autre local », a-t-il confirmé à l’AFP.

 Libre à cet agent de l’Etat de déménager 50 personnes et d’assumer les frais liés à ce mouvement, mais en aucun cas la loi de 2004 ne peut être invoquée puisque les stagiaires d’un Greta ne sont pas concernés par cette loi, quand bien même leurs formations se dérouleraient dans un collège ou un lycée. Pour rappel, la loi du 15 mars 2004 ne s’applique qu’aux seuls élèves de l’enseignement public primaire et secondaire (le public du Greta n’étant pas visé). Le principe d’égalité n’est pas non plus applicable car les situations des élèves (collégiens et lycéens) est différente de celles des stagiaires en Greta. Le port du voile dans les structures de la petite enfance a fait l’objet d’un récent débat autour du licenciement d’une salariée voilée de la crèche Baby Loup (Yvelines), licenciement validé par les prud’hommes en décembre dernier malgré l’avis de la HALDE qui avait confirmé la discrimination en s’appuyant sur la loi. L’employée licenciée a décidé d’aller en appel, l’affaire sera alors jugée par des magistrats professionnels.

Vous aussi lutter contre l’islamophobie en soutenant le CCIF :  www.islamophobie.net/adhesion

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.